logo
biografia

 

 

enlaces

 

 

 

 

 

 

 

VARIACIONES 1/113 (Variations 1/113)

Galerie de Photos

Lightbox Gallery : horizontal

Espagne 77'/ 35mm / Couleur. Metteur en scène: Javier Aguirre, Texte: Jorge Luis Borges, Scénario: Javier Aguirre, Photographie: Rafael de Casenave, José Luis López-Linares, Musique: Javier Aguirre, Son: Pedro López Gómez, Montage: Javier Aguirre, Avec les voix de: Fernando Fernán Gómez, Francisco Rabal, José María Pou, José Pedro Carrión, Ángel Picazo et la voix, exclusivement pour ce film de: Jorge Luis Borges; Production: Javier Aguirre, Producteur Exécutif: Pedro Joaquín del Rey, Production: Actual Films, Acteurs: Javier Bardem, Inés Sastre, Emma Cohen, Manuel Gil.

Commentaires sur le film

 

EDGARDO COZARINSKY

Quatre ans avant sa mort, dans sa chambre d’hôtel à Madrid, Borges écouta Aguirre, le futur réalisateur du film lui dire que ce texte était parfait et qu’un changement quelconque nuirait à cette perfection. Mû par un esprit de contradiction permanent il déclare : « accolade semble un peu rustre, je préfère davantage amour qu’accolade ». Aguirre enregistre la voix de l’auteur énonçant cette variation de ses propres lignes, qui vont devenir la semence de ce film au début du siècle suivant…/… dans le « Parque del Retiro » (le parc du Retiro) à Madrid, Inès Sastre court rencontrer Javier Bardem qui l’attend les bras ouverts pour l’étreindre dans un baiser passionné. Cette prise unique, d’un minute et vingt secondes est soumise à cent treize transformations pendant une heure et dix-sept minutes. « Je voulais épuiser les possibilités de varier un plan en changeant la musique, les couleurs, en le brûlant, en le perforant… » rappelle Aguirre, « parfois les têtes ne sont pas visibles, ou seules les jambes féminines sont évidentes, ou l’image apparaît grattée »…/ … Les variations de cette prise sont précédées par cet autre couple tourné à La Concha (San Sébastian) qui fonctionne peut-être comme une suggestion d’un soutient vraiment réel pour cette rencontre idéale. Ils sont accompagnés avec des voix off de Borges mais aussi de Fernando Fernán-Gómez et de Francisco Rabal, entre autres voix moins connues…/… Des traces inégales, parfois imprévisibles, que la littérature de Borges a proposé à des cinéastes d’époques et de cultures distantes. C’est cette inégalité, et encore la contradiction de l’expérimentation signée Javier Aguirre, qui nous semblent si provocatrices.

2008